Pedibuscyclus...

23 décembre 2016

Bonne année 2018 !

2015 Bonnes fêtes et Voeux-vers St Dyé-sur-LoireGaspard du Val de Méroisie et ses humains vous souhaitent une très bonne année 2018... Année de plaisirs à bicyclette et à pied, en randonnée, en voyage ou au quotidien pour remplacer la bagnole... Profitez bien !

Et, visitez le nouveau site internet de Gaspard du Val et Pedibuscyclus :

http://www.lescheminsdemusarde.fr

Bonne année !

 

Posté par pedibuscyclus à 06:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 décembre 2015

De nouveaux articles sur www.lescheminsdemusarde.fr

Amie visiteuse, Ami visiteur,

Pour votre information,

Le nouveau site internet de Pedibuscyclus vous attend :

http://www.lescheminsdemusarde.fr

Rubrique "Déplacements doux".

Si vous êtes curieux visitez aussi :

La rubrique "Randonnées et Voyages"

Si vous aimez les couleurs et lumières de Loire, visitez la rubrique "Images de Loire".

 

Bonne lecture.

 

 

Posté par pedibuscyclus à 06:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2014

Nouveauté : un site internet en devenir...

Amies visiteuses, Amis visiteurs : Bonjour.

Une surprise pour ce lundi 25 août 2014...

Une nouvelle adresse à visiter pour retrouver le contenu du blog "pedibuscyclus"...

http://www.lescheminsdemusarde.fr

 

Ce nouveau site internet reprend les "fonds de commerce" des deux blogs "carnetderandonnee" et "pedibuscyclus".

Ceux-ci continueront cependant de fonctionner dans un premier temps... Au fil des mois, le nouveau site internet prendra plus de consistance en articles et photos...

A recevoir votre visite...

Bien amicalement.

http://www.lescheminsdemusarde.fr

 

Posté par pedibuscyclus à 10:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2014

Les effets indésirables du vélo...

On apprend des choses sur twitter... :

Source: http://bicicletasciudadesviajes.blogspot.com.es/

Si vous envisagez de remplacer votre voiture par un vélo, alors il est important de connaître l’impact de cette décision. Vous trouverez ci-dessous 10 effets secondaires du vélo que votre vendeur de vélos ne vous dira pas.

1. La perte de poids. Si vous essayez d’être gros, le vélo n’est pas bon pour vous. Le vélo est connu pour éliminer les calories provenant des réserves de graisse du corps.

2. Le ralentissement de la respiration. Les gens qui utilisent régulièrement le vélo ont besoin de plus de temps entre chaque respiration, que ce soit quand ils font du vélo ou quand ils sont en période de repos.

3. La réduction du stress et de l’agressivité. Les gens qui vont au travail à vélo sont moins susceptibles d’être agressifs, ce qui peut poser problème pour la survie dans le monde d’aujourd’hui.

4. Ponctualité. La possibilité de naviguer dans le trafic urbain, en prenant des raccourcis dans des endroits où les voitures ne peuvent pas passer, tout en évitant les embouteillages de l’heure de pointe, laisse souvent les cyclistes dans l’ennui lorsqu’ils doivent attendre l’arrivée de leurs collègues.

5. La stimulation mentale sans caféine. Ceux qui utilisent régulièrement le vélo ont la sensation naturelle d’être alerte et bien éveillé, et ne peuvent donc pas justifier la pause café en début de matinée.

6. Sentiment d’invincibilité. Les personnes qui sont leur propre moyen de transport ont souvent la dangereuse impression qu’elles peuvent réaliser quoi que ce soit.

7. La pratique du vélo peut conduire à d’autres activités. Rouler à vélo encourage la curiosité, l’exploration, et peut même provoquer une dépendance à la volonté de découvrir le monde.

8. Une joie extrême. Les cyclistes réguliers ont du mal à comprendre la colère des automobilistes, et se tiennent donc à l’écart du passe-temps populaire qui consiste à maugréer sur la circulation. Des sourires trop fréquents peuvent provoquer des rides d’expression sur le visage.

9. Perte de sensation. La pratique régulière du vélo rend insensible au froid, à la pluie, aux intempéries et même à la chaleur.

10. Mauvais pour la croissance économique. La pratique du vélo diminue les profits des compagnies pétrolières et des constructeurs de voitures tout en limitant la pollution et les problèmes de santé publique. Or, la pollution (et la dépollution qui va avec) et les problèmes de santé publique (dont les accidents de la route) participent à la croissance du PIB.

 

 

Posté par pedibuscyclus à 20:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juillet 2014

Une immense tristesse !!!

Une immense pensée pleine d'émotion et de grande tristesse, pour Frédéric Tricot de Vendôme disparu dans le crash de l'avion AH 5017 d'Air Algérie parti de Ouagadougou au Burkina Faso le jeudi 24 juillet 2014...

Nous nous étions connus en octobre 2009 en préparation des élections régionales. Nous nous suivions sur twitter... Nous avions des convictions politiques très proches.

Posté par pedibuscyclus à 13:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juillet 2014

On marche sur la tête...

Encore un coup de gueule !

Oui, on marche sur la tête avec la demande de certains lobbies de faire abaisser la vitesse maximale de circulation routière sur les routes départementales à 80 km/h, il y aurait moins d'accidents de la route... Ce n'est même pas sûr !

Tu parles !!! L'alcool, les drogues, les abrutis du volant quoiqu'on fasse, le non respect des règles de conduite ne seraient rien à côté d'une vitesse maximale jugée excessive... à 90 km/h... !!!

Et bien, moi, je propose un abaissement de la vitesse à 30 km/h sur toutes les routes départementales, nationales et ... autoroutes !!! Lol !!!

Non, ce n'est pas la vitesse qu'il faut abaisser mais plutôt renforcer le respect des vitesses limites existantes. Il existe des solutions : gendarmes aux bords des routes, radars aussi divers que variés, appareillage embarqué, ...

Et pourtant, je suis un cycliste assidu et je n'apprécie pas, mais pas du tout, de me faire frôler les cuisses par une voiture qui me double à moins d'1,50 mètre à 90 km/h en campagne ou à moins d'1 mètre à 50 km/h en ville.

Je ne vois pas les conséquences modifiées pour un cycliste heurté à 80 km/h... ou à 90 km/h... de toute façon, il est mort,  avec ou sans casque !!!

Alors, réfléchissez intelligemment, Mesdames, Messieurs les responsables, mais évitez de dire des conneries, on ne s'en portera que mieux !!!

Heureusement, Monsieur le Ministre de l'Intérieur a une conception plus pédagogique. Il y en a au moins un !

Voir l'article du Monde du 16 juin dernier ci-dessous...

http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/06/16/des-routes-a-limitees-80-km-h-bientot-en-experimentation_4439085_3224.html

 

Posté par pedibuscyclus à 07:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juillet 2014

Le vélo en ville n’est pas dangereux. Faut-il interdire le casque à vélo ?

Un article repris du remarquable site internet www.carfree.fr que je vous invite à visiter.

Par le 10 juillet 2014 france-accidents

Le mois dernier, le ministère de l’Intérieur a rendu public un fichier très détaillé sur tous les accidents de la route survenus à l’échelle d’une année complète, 2012. Ces données très complètes, portant sur 62.000 accidents ayant provoqué 3.653 décès, ont été ensuite cartographiées par Rue89 sur un fond de plan Google.

TerraEco a affiné l’analyse en se concentrant sur la répartition cartographique des 4.360 accidents ayant impliqué un vélo en France en 2012. Bien sûr, l’ensemble des accidents à vélo n’y figurent pas : les chutes bénignes et celles n’impliquant pas de voiture ne sont souvent pas répertoriées. Mais cette carte permet de visualiser la localisation géographique des accidents de vélo et montre ainsi que, si 85% des accidents vélo ont lieu en ville, la plupart des accidents mortels se produisent hors milieu urbain, c’est-à-dire en rase campagne, sur les routes départementales.

Légende :
- Un point vert indique un accident ayant fait un blessé léger
- Un point jaune indique un accident ayant entraîné l’hospitalisation d’un blessé
- Un point rouge indique un accident mortel

Un zoom sur Lyon et son agglomération (ci-dessous) montre ainsi que les accidents mortels pour les vélos (en rouge) sont clairement situés hors milieu urbain.

accidents-lyon

Idem si on regarde par exemple ce qui se passe du côté de Bordeaux. Les accidents mortels pour les vélos se produisent sur les routes départementales.

accidents-bordeaux

Clairement, on voit bien que la mortalité liée à la pratique du vélo concerne principalement les cyclo-touristes ou cyclo-sportifs, des cyclistes qui utilisent des voies routières où les voitures roulent en général (trop) vite.

Le lien entre mortalité et vitesse des voitures est particulièrement éloquent pour ce qui concerne l’accidentologie cycliste. Dit autrement, il y a sans doute beaucoup plus de cyclistes et donc d’accidents en milieu urbain, mais la vitesse plus modérée des voitures provoque essentiellement des accidents moins graves.

Geneviève Laferrère, la présidente de la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB), rappelle d’ailleurs que “la majorité des accidents graves à vélo ont lieu en dehors des villes“.

Pour Dominique Lebrun, coordonnateur interministériel pour le développement du vélo, le lien entre cyclo-tourisme et mortalité est clair: “Il y a plus de décès hors des villes qu’en ville, avec un pic dans certaines régions où il y a beaucoup de cyclotouristes comme dans les Alpes“.

Faut-il interdire le casque vélo?

Ces chiffres et la cartographie qui les accompagne montrent en tout cas une fois de plus que le casque vélo n’est pas vraiment la solution. En effet, les cyclos-sportifs en rase campagne portent quasiment tous un casque vélo et cela ne les empêche pas de représenter les premières victimes mortelles en matière d’accidents vélo.

Dit autrement, là où le casque vélo est sans doute le plus nécessaire, c’est-à-dire hors milieu urbain sur les départementales, il n’empêche pas l’hécatombe des cyclo-sportifs fauchés par les voitures à grande vitesse. Et là où il n’est pas nécessaire, c’est-à-dire en ville à vitesse modérée, il y a somme toute assez peu d’accidents mortels (avec ou sans casque).

En fait, c’est Dominique Lebrun qui donne la seule solution véritablement efficace pour diminuer les accidents mortels à vélo: faire rouler les voitures moins vite pour leur éviter de percuter un vélo. Le « Monsieur vélo du gouvernement » propose ainsi de “mieux faire respecter les limitations de vitesse sur certains axes“.

La présidente de la FUB va plus loin : “La vitesse est l’élément le plus important. Plutôt que de se demander s’il faut ou non faire porter un casque ou une armure aux cyclistes il faut réfléchir à la modération de la vitesse sur certains tronçons. On investit beaucoup d’argent pour que l’on puisse rouler toujours plus vite, par exemple en facilitant les virages. Est-ce vraiment une bonne chose ? Je ne suis pas pour une réduction uniforme des vitesse à 80 km/h qui serait mal comprise et mal acceptée mais on doit mener une réflexion par territoire pour appliquer des solutions locales en baissant la vitesse à certains endroits ou en proposant certains aménagement cyclables quand ils sont adaptés.”

Sources:

Données des accidents corporels de la circulation routière, data.gouv.fr
La carte de (presque) tous les accidents de la route en 2012, Rue89
La carte qui prouve que le vélo tue peu en ville, TerraEco
Pour en finir avec le casque vélo, Carfree

Posté par pedibuscyclus à 19:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juin 2014

Coup de Gueule !

Il y a quelques minutes, 3 pseudo cyclistes, d'autorité, n'ont pas respecté une balise de priorité sur une piste cyclable et sont passés au nez et à la barbe de mon automobile. Il s'en est fallu de peu ! Un coup de klaxon pour leur signifier leur imprudence et voilà que je me fais engueuler !!!

J'en ai marre de ces connards (j'ose écrire le mot) à bicyclette qui ne respectent plus rien. Parce qu'ils portent un casque, ils se pensent invulnérables les idiots !

Une balise de priorité non respectée mais aussi un feu tricolore grillé, un stop ignoré... J'en ai marre de tous ces connards à vélo (j'ose, une fois de plus, écrire le mot) !!!

J'en ai marre de tous ces abrutis qui dénaturent la pratique de la bicyclette et sont de plus en plus nombreux. Ils obligent nos gouvernants à prendre des mesures sécuritaires qui vont à l'encontre de la liberté de chacun !

Ce sont les mêmes qui, au volant de leur automobile, jouent les pères "la prudence" et gueulent après les cyclistes... Comprenne qui pourra !!!

Wahoo ! ça fait du bien un "coup de gueule" !...

 

 

Posté par pedibuscyclus à 15:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2014

La Loire à vélo... ça roule !

En 2013, 853 000 cyclistes ont parcouru "La Loire à vélo", générant 18,5 M€uros de dépenses dans les commerces locaux. Source: @DRC_Info

Et dire que certains villages ne voulaient pas voir La Loire à vélo passer chez eux, préférant un trafic automobile... !!! C'est vrai que tous leurs commerces ont fermé faute d'être pris en considération par des élus... gestionnaires irresponsables !!!

Posté par pedibuscyclus à 10:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mai 2014

Ce n’est pas le vélo qui est écolo, mais la moindre utilisation de la voiture…

Le vélo, c’est pas écolo, un article repris du site internet carfree.free.fr sous la plume de Frédéric Héran

http://carfree.free.fr/index.php/2014/05/19/le-velo-cest-pas-ecolo/?utm_source=feedburner&utm_medium=twitter&utm_campaign=Feed%3A+CarfreeFrance+%28CarFree+France%29

Il est de bon ton pour un élu, pour un technicien et pour bien d’autres quidams de préconiser l’usage du vélo, avec des trémolos dans la voix, en arguant que c’est un mode de déplacement doux, écologique, bon pour la planète, respectueux de l’environnement.

Tout faux ! Ce n’est pas le vélo qui est écolo, mais la moindre utilisation de la voiture… Si celui qui choisit de se déplacer à bicyclette arpentait auparavant les rues à pied, l’avantage est évidemment nul, et même négatif puisque la fabrication d’un vélo produit tout de même un peu de CO2.

S’il se déplaçait avant en transport public, l’avantage est réel, mais faible. Ce n’est que si un automobiliste se met à renoncer à sa voiture pour se mettre au vélo que le bilan devient excellent.

Ce dernier cas est-il si fréquent ? Hélas non. La plupart du temps, les nouveaux cyclistes sont d’anciens piétons ou usagers des transports publics et rarement d’anciens automobilistes… Les enquêtes qui ont cherché à comprendre qui sont les usagers des vélos en libre service à Lyon, Paris, Lille, Barcelone… montrent que les proportions de ces trois groupes sont respectivement de 45, 45 et 10 % (avec une variation de plus ou moins le tiers de ces chiffres).

Autrement dit, l’insistance gnangnan sur le caractère « doux » du vélo n’est pas innocente. C’est éviter, d’une part, de souligner les nuisances provoquées par les véhicules individuels motorisés dont on est encore loin aujourd’hui d’avoir fait le tour, pour ne pas culpabiliser les automobilistes. C’est édulcorer, d’autre part, l’intérêt même du vélo comme mode actif et économe, l’adjectif doux pouvant finalement qualifier tous les véhicules qui font un effort pour être moins agressifs à l’égard de l’environnement. À ce compte-là, les voitures électriques et même les 4 x 4 hybrides deviennent des « modes doux », de quoi décomplexer les riches automobilistes qui les utilisent.

L’argument écologique du vélo n’est donc pas directement justifié. Seule la réduction de l’usage de la voiture est pertinente. Mais un tel objectif est beaucoup plus difficile à mettre en avant par les élus. C’est pour cette raison que bien des édiles préfèrent investir dans un système de vélos en libre-service et quelques vagues aménagements cyclables plutôt que de prendre des mesures de modération de la circulation automobile, pourtant beaucoup plus efficaces pour encourager la pratique de la bicyclette.

Frédéric Héran

http://heran.univ-lille1.fr/

 

Posté par pedibuscyclus à 12:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]